À raconter ses maux, souvent on les soulage